Sur le boulevard, pas de choix, on n’ouvre pas la fenêtre sinon pour goûter aux miasmes de la circulation. Je vis dedans, c’est une dense évidence.