S’il le faut, je suis d’accord de vivre en pot, mais seulement si je peux choisir un environnement qui m’est fertile. Il n’y a pas, me semble-t-il — ou très peu —, d’orchidées endémiques à l’Ouest; je présume qu’on les a importées pour décorer nos vies parfois ternes. Les orchidées ont leurs racines à l’Est et croissent empotées partout ailleurs.
Cette phrase sonne comme un résumé des quarante dernières années de ma vie.